top of page
Rechercher

C'EST DÉJÀ ÇA

Album : Break

Année : 2023


Dimanche midi dans la voiture, moi j’fais toujours bonne mine. Mais chaque semaine à l’église j’trouve ça un peu lourd. Comme d’habitude, j’étais pressée que ça s’termine. Comme d’habitude, pas trop l’moral sur le trajet du retour. Maman sur le siège passager, elle est toujours stressante. J’pense qu’elle m’en veut un peu, j’peux le voir dans son regard. Elle doit encore se dire que ma tenue était indécente. De toute façon, là-bas on manque jamais de m’le faire savoir. J’suis pas toujours super à l’aise quand faut s’mettre à chanter. J’me sens jugée quand j’ai choisi de n’pas rester debout. Et quand le pasteur prêche, j’suis vite dépassée. Et puis 50 minutes de speech, c’est bien trop long à mon goût. Et si j’ai zappé les quasi-3/4 de ce qu’il a dit. Il y a peut-être une chose qui m’a marquée cette fois. J’crois que j’ai compris que Dieu, il m’aime comme je suis. Et si c’est tout c’que j’ai retenu c’est déjà ça.


J’garde le sourire pour mon mari qui lui n’est pas croyant. Si j’suis pas bien, j’espère qu’au moins ça s’voit pas dans mes yeux. J’vais pas l’dire pour ne pas choquer les enfants mais en fait je crois que j’suis bel et bien fâchée avec Dieu. D’habitude j’suis à fond, en plus c’est moi qui chante devant. Pour mon chéri j’dois faire l’effort de bien garder la face. Je sais qu’il doit se dire qu’il perd encore son temps. Mais ce qu’il ne sait pas c’est que moi-même j’me sens d’moins en moins à ma place. J’me reconnais plus et la flamme en moi manque à l’appel. J’contrôle plus rien, j’sème de l’amour et j’récolte que les ronces. Au boulot, c’est mauvaises nouvelles sur mauvaises nouvelles, et mes prières sont toujours laissées sans réponses. Dans cette matinée religieuse, un p’tit peu insipide, il y a une phrase qu’on a chantée une ou deux fois. Elle disait « Dieu reste Dieu et c’est lui qui décide. ». Et si c’est tout c’que j’ai retenu, c’est déjà ça.


Bless the Lord, oh my soul, oh my soul. Worship his holy name.

Sing like never before, oh my soul. Worship his holy name.


J’suis au volant j’ai pris sur moi, j’me suis levé c’matin. J’le fais pour ma femme et ma fille, si ça peut faire plaisir. Même si pour moi tous ces discours ça frôle le baratin. J’vais pas l’cacher plus d’une fois ça m’a fait réfléchir. Dans le rétro j’vois mon beau-père avec les yeux fermés. J’sais qu’les dimanches à la messe, c’est le récit de toute sa vie. Et là j’parie qu’il fait des heures supp’, toujours en train d’prier. Mais moi c’est pas du tout dans ce délire-là que j’ai grandi. Dans les couloirs de la paroisse, j’peux entendre les critiques. J’aimerais qu’ils m’laissent du temps, j’aimerais comprendre avant d’y croire. J’connais ni les livres ni les paroles des cantiques mais ce n’est pas une raison pour me voir comme la brebis noire. Et c’matin j’ai pas tout compris ni vraiment saisi l’essentiel Mais j’ai retenu une poésie, lue par un enfant je crois, qui dit qu’il y a peut-être vraiment une force tout là-haut dans le ciel. Et si j’arrive à cette question, c’est déjà ça.


Quand la voiture du gendre a débarqué, moi j’me suis dit « Enfin ». Le dimanche à l’église moi je l’attends toute la semaine. En plus ici j’ai un titre, ici on m’appelle « l’ancien ». Et j’suis fier car c’est ma fille, là, qui chante sur la scène. Mais aujourd’hui dans mon cœur Dieu a tiré la sonnette d’alarme. J’me suis senti repris et ma honte est devenue pesante. Donc je ferme les yeux pour retenir mes larmes. Non, j’veux pas pleurer à côté d’ma ptite fille adolescente. 30 ans que j’joue sur l’apparence et la réputation alors que dans ma vie sociale c’est le désert complet. Assis sur les bancs de l’église un peu par tradition, j’en ai oublié d’être véritable et concret. J’mets toujours tout sur le dos de Lucifer alors qu’la paix dans la famille peut commencer par moi. Aimer ce n’est pas que dire, aimer c’est aussi faire. Et si c’est ma leçon du jour, c’est déjà ça

40 vues

Comments


bottom of page