Rechercher

H24


Album : Mon Critérium et un Carnet

Année : 2019


J’pensais tout savoir sur c’qui fait un homme, bah j’avais tort

Depuis qu’j’ai l’annulaire lourd, j’apprends tout c’que j’ignorais encore

Nouvelle école, j’ai pris quelques cours et aussi quelques grammes

J’ai surtout appris qu’aimer une femme c’était tout un programme

Une formation non-stop et le diplôme vient

À chaque sourire qui dit “Mon chéri tu cartonnes bien”

J’ré-entends et j’capte mieux l’conseil des anciens

Qui sagement me disaient “Place son bonheur avant l’tien”

La vraie aventure commence après les strass

Car on a le même toit mais pas la même gestion de l’espace

Pourquoi elle dit “balai” quand j’dis “aspirateur”

Comment elle trouve en cinq secondes c’que moi j’cherche depuis cinq heures

J’apprends à parler d’mes erreurs afin que l’on s’motive

À retirer l’écouteur et garder l’oreille attentive

J’ai pris l’décodeur qui lit les suggestions furtives

J’apprends à être agriculteur, car l’amour ça s’cultive

À mettre ses mots dans ma définition d’la vie

À dire “Nan j’suis pas son opposé mais bien son vis-à-vis”

L’humilité d’prendre en compte ses avis

Les mettre au-dessus des miens surtout si c’est dans le choix de mes habits

Mais j’ai choisi d’aimer toutes ses facettes

Même quand elle fait des remarques sur tout c’que j’achète

Même quand elle prend pas d’dessert mais joue les pique-assiette

Je sais surtout que mes défauts elle les accepte


Alors j’m’efforce d’être un meilleur mari Un meilleur homme, un meilleur meilleur ami Simplement lui donner la meilleure version d’moi H24

(x2)


Elle mérite plus que des roses et leur fausse modestie

Car elle n’veut pas qu’la galanterie soit un réflexe mais un état d’esprit

Alors c’est à fond H24 et sept jours sur sept

Elle veut la meilleure version d’moi et pas les miettes

Alors j’assure car un jour devant l’maire j’ai fait l’fier

Y’avait le père, y’avait la mère, mais Dieu est l’principal tiers

Et j’ai dit “oui”, un oui qu’on n’peut prendre à la légère

T’écris un rap Mademoiselle Meak il faut qu’t’assumes derrière

Et ouais je l’aime et lui offrirais l’ciel

Mais l’plus beau cadeau que j’puisse lui offrir c’est un amour sacrificiel

Et ça j’le sais, c’est si facile à dire et dur à faire

Mais si j’veux pas la servir ça sert à rien d’poser l’genou à terre

Dans l’bonheur comme dans la zer-mi,

J’me suis engagé avec comme modèle Dieu

On sait qu’avec le temps, la routine est un d’nos ennemis

Donc on n’attend pas les noces d’argent pour renouveler nos voeux


Alors j’m’efforce d’être un meilleur mari Un meilleur homme, un meilleur meilleur ami Simplement lui donner la meilleure version d’moi H24

(x2)

0 vue