Rechercher

Dimanche matin

Album : Plume à scandale

Année : 2014


Tous ces préjugés me polluent l’air Je n’ai pas les yeux ouverts

Ce dimanche est pas comme les autres et j’voudrais pas qu’on s’loupe tous J’vous préviens à l’avance, faut pas qu’on s’la coule douce Car l’église est bien loin d’être un lieu que la foule mousse Paraît qu’la religion est le champ où le doute pousse Ok, j’invite un pote c’matin et il croit en rien il dit que La foi est pour les faibles, les tristes et les sadiques Il me critique, m’envoie des piques, c’est pire qu’un moustique J’m’y attendais je suis à Christ et lui agnostique Mais il est bien là c’matin, il enquête Il observe, le pasteur parle et moi je m’inquiète Comment il perçoit l’assemblée, est-ce qu’il la trouve suspecte Est-ce qu’il y voit des frères et sœurs ou des adeptes d’une secte Que pense-t-il des chants qu’on chante ? La lecture est trop longue il serait peut être temps qu’on change Est-ce qu’il nous voit comme des anges ou bien des hypocrites Est-ce qu’il saisit nos arguments fondés sur base écrite J’me dis j’ai tous ces préjugés qui me polluent l’air Au lieu de spéculer je ferais mieux de m’taire J’ai pas les yeux ouverts et de peur d’avoir tort je veux lire au cœur

Ça a commencé à pile parce que l’heure c’est l’heure Le pasteur lit la Bible c’est, dit-il, la parole d’leur Seigneur Personne n’a l’air surpris quand il parle de foi Un simple livre leur suffit, ouais ‘fin je crois c’que j’vois C’est cohérent, j’essaye d’écouter mais j’vais pas tout retenir J’suis légèrement fatigué mais j’avais promis d’venir J’ai pas fait ma grasse mat’ j’me suis mis mon lit à dos Heureusement y’a basse, gratte, batterie et piano C’est loin d’être monotone lorsque la cho