top of page
Rechercher

LE LOUP

Album : Break

Année : 2023


J’me suis vu dans un cauchemar. Ouais, j’ai vu l’horreur et l’ pire. J’ai vu la version d’moi que j’veux pas devenir. J’étais une sorte de mouton des bondieuseries. Celui qui joue l’agneau mais qui a l’appétit du loup de la bergerie. Je domptais l’public, des foules de plus en plus grandes. J’maîtrisais l’art du « Amen » sur commande. J’étais l’orateur à la mode avec les formules qui marchent, parce que de ce microcosme j’avais les codes. Swag chopé sur lereligieux.com. Les yeux fermés, façon connecté au ciel. L’effet flouté sur la photo de l’album. Et les mains jointes pour faire l’mec spirituel. Dans ce cauchemar, je suis cette star des églises. Celui qui s’donne un genre et que les jeunes idéalisent. Celui qu’a besoin d’affection et qui fait tout pour plaire mais qui dit « J’fais ça pour Dieu » pour maquiller ses ambitions de carrière.


J’étais devenu leur rappeur, à eux. Rappeur sans cœur, rappeur religieux.

J’me jouais du troupeau avec un talent fou. J’étais devenu le loup.


J’me voyais sur scène en train d’faire semblant. Personne le cerne mais je souffre d’un orgueil sanglant. J’sautais sur chaque wagon mais toujours avec un train d’retard. C’était peut-être ça le pire dans ce cauchemar. Je m’étais transformé en artiste coupé d’la société. Celui qu’est devenu la caricature de la piété. Celui qui s’auto-persuade qu’il fait la différence alors que tout ce qu’il inspire, c’est de la condescendance. Mimétisme, communautarisme… Cette version Meak papier-calque pue l’opportunisme. J’étais entouré d’artistes comme moi qui disent qu’ils changent le monde mais en fait qui font de l’entre-soi. Mais quel cauchemar où j’me voilais la face. J’cachais ma vraie nature sous un patois d’paroisse. J’mentais à l’assemblée, je disais ce qu’elle voulait. Tant qu’elle comblait ce désir de gloire que j’gardais refoulé.


J’étais devenu leur rappeur, à eux. Rappeur sans cœur, rappeur religieux.

J’me jouais du troupeau avec un talent fou. J’étais devenu le loup.


Dans l’cauchemar j’étais cet artiste qui devant les spots est tout lisse mais dont les potes disent exécrable en coulisse. Pas d’sourire pour la famille mais pour les fans, il est intact. Alors que Dieu lui-même attend qu’on s’recontacte. Je ressemblais à un gourou. Emprise incroyable. Ce n’était même plus des prières mais des punchlines interchangeables. J’avais toutes les formulations qui touchent à l’émotion. J’franchissais la ligne entre influence et manipulation. Il n’y a pas de religion dans le star system. Dans toutes les loges t’as les artistes qui font la course aux « J’aime ». Dans ce cauchemar j’vous voyais même plus comme des auditeurs mais comme des acheteurs potentiels d’un marché porteur. Donc prie pour moi. Sincèrement, prie pour nous. Prie que l’berger prenne son bâton et qu’il chasse les loups. Prie que jamais je n’devienne ce figuier desséché et que ce cauchemar ne devienne jamais réalité.


J’veux pas devenir leur rappeur, à eux Rappeur sans cœur, rappeur religieux.

Celui qui s’joue du troupeau avec un talent fou. J’veux pas devenir le loup.

24 vues0 commentaire

Yorumlar


bottom of page