Rechercher

Pardon


Je marche tête baissée vers l’estrade, j’ai les mains moites L’audience n’applaudit pas, elle est bien froide de gauche à droite Debout derrière le micro, je perçois les regards de chacun, chacune Je lis les mots  » déception « ,  » haine « ,  » dégoût « ,  » peine  » et  » rancune  » Ce n’est pas en victime que je me présente à tous Mais au contraire, il me faut avouer que mes erreurs éclaboussent En face de moi la foule de personnes que j’ai blessées Déchirées, brisées, vexées, menti et même froissées Me voici très peu fier, posté devant vous J’me fais tout petit parce que la honte me tire dans son trou Beaucoup ont misé sur moi et ont investi leur confiance Aujourd’hui mes erreurs font naître le doute et la méfiance Cependant je ne vise pas la deuxième chance, pas d’appel à pitié Ce n’est pas à coups de rimes que j’rachèterai une amitié J’aimerais simplement exprimer mes regrets Demander pardon à ceux atteints de loin ou de près Le casier est plein à craquer, les dossiers débordent Je plaide coupable et chez l’opposition pas de discorde Y’a pas de doute, j’suis l’auteur de mensonges terribles C’est moche mais il y a bien des proches qu’ont été les premières cibles Mon orgueil et ma fierté m’ont cerné dans leur bulle M’ont transformé en monstre qui cache et qui manipule Dorer son image conduit à bien des vices qui me surprennent moi-même M’attristent et m’anéantissent J’demande pardon à ceux qui se sentent trahis Ceux qui m’ont fait comprendre que j’faisais partie d’la famille Et qui m’ont accueilli comme un frère, à cœur et bras ouverts Nombreux sont celles et ceux déçus par mes actes et j’en suis pas fier Il a fallu cette claque, cette sévère correction Ce tourbillon dans mon monde qui me plonge dans l’humiliation Une explosion, une marée noire que je propage hélas Qui me redresse dans la douleur, qui laisse des traces

Et puis je me tourne vers elle, celle que j’ai fait souffrir Conscient que mille mots d’excuses ne pourront jamais suffire Moches et pathétiques toutes les choses que j’lui ai fait subir Je suis passé du verbe faire  » sourire  » au verbe  » détruire  » Oui, je pèse mes mots, affreux et le tableau car j’étais lâche et fourbe Trop orgueilleux pour que devant elle ma vraie nature se courbe Comme un enfant avec un masque voulant jouer l’homme Si peu mature qu’il pense que chacun de ses secrets se gomment Je reconnais mon échec, ma trahison Et les blessures causées à son âme et à sa maison L’hypocrisie qui s’est installée sur mes lèvres et sur mes yeux Alors que je parlais d’union, de sagesse, des anges et des cieux Je suis conscient d’avoir manqué de compassion, d’amour Ma communication superficielle m’a joué des tours Et là je réoriente ma voix, mes yeux, mon microphone Et c’est à elle que je m’adresse à la deuxième personne J’te demande pardon de ne pas avoir été vrai Pardon parce que dans les tournants de la vie j’ai mal manœuvré J’ai pris des raccourcis et conduit hors limites J’ai franchi la ligne blanche et ambitieux j’allais trop vite Je t’ai embarquée dans mon monde sans trop de transparence Là où le flou cohabitait avec mon impatience Et puis les mensonges, les secrets ont pris place Et ont détruit les projets, l’espoir et les souvenirs, hélas J’te demande pardon parce que je sais bien que c’est irréparable Et que certains faits sont difficilement pardonnables Et là je sais que cette chanson n’a rien d’exceptionnel Je sais que même si je pleure, même si les rimes sont belles Les cicatrices persisteront dans nos mémoires Et mon prénom restera dans les pages noires de ton histoire Mais je tenais à te le dire et à le faire de cette façon Et toi et à tous, je vous demande pardon

95 vues