top of page
Rechercher

REINE INDIENNE

Album : Break

Année : 2023


Elle est ce que j’ai de meilleur. Elle est ce que j’ai de meilleur.

Quand c’est Dieu qui donne tu peux pas l’nier

Quand c’est Dieu qui donne, moi je dis ouais, ouais, ouais.

Moi je dis ouais, ouais, ouais.


Elle m’a donné le parfum du bonheur. La bonne odeur des victoires oubliées. Sucre de canne aux multiples saveurs. Et les couleurs du bougainvillier. Mes souvenirs ont le son de sa voix, tous les murmures et les chants qui me plaisent. Au fond de ses yeux parfois j’aperçois les feux orangés de la fournaise. L’oeil du cyclone est sur l’océan et dans ses lignes mon coeur se baigne. Je tourbillonne le long de ses hanches. Elle brille du soleil des Mascareignes. Voici ma reine, ma reine indienne. Longue chevelure comme beau diadème. J’ai loué le Ciel pour qu’il intervienne. Il m’a donné la femme que j’aime.


Les longanis sont d’humeur câline devant les charmes de l’hortensia. Toute la douceur de la pluie qui farine et la puissance du curcuma. Elle a l’assurance des premiers métissés. L’indépendance d’une fleur volcanique. La peau solide que ses mères ont tissée. Les larmes et le sang, dans la belle mosaïque. Elle porte en elle, elle porte en elle, la rage des ancêtres engagés. Et qu’elles sont belles et qu’elles sont belles, les promesses laissées sur le trajet. Voici ma reine, ma reine indienne. Longue chevelure comme beau diadème. J’ai loué le Ciel pour qu’il intervienne. Merci bon Dieu pour la femme que j’aime.


Elle a la peau vanillée. Quand c’est Dieu qui donne tu peux pas l’nier. Les vagues de ses robes aux coloris variés me disent « Cap sur le voile de la mariée ». C’est la seule à passer ma barrière de corail et c’est la touche de piment qui vient relever le rougail. La seule qui sait tracer mes plus belles promenades. La seule pour qui je verserais de l’encre en cascade. Ma rivière et coulée de lave à la fois. L’inspiration a le goût du combava. Elle porte sa fierté comme un diamant sur le front. Je l’aime à la folie comme on s’enivre au bourbon. Dieu l’a tissée à la main. Textile parfumé au tamarin. Et un battement de roulèr en guise de battement de cœur. J’le dis et j’le répète, elle est ce que j’ai de meilleur.

38 vues0 commentaire

Comments


bottom of page